Association Seniors Temps Libre : ma lettre ouverte au maire de Metz

Publié le par NCO

Monsieur le Maire,

 

Depuis plus d'un an, je vous ai interpelé à de nombreuses reprises au sein du Conseil Municipal pour avoir des explications sur la situation de l'ASTL mieux connue sous le nom Hôtel de Gournay, en vous demandant de la transparence concernant les difficultés financières et les solutions que vous comptiez mettre en œuvre pour assainir la situation. Vous m'avez systématiquement renvoyée dans mes cordes avec une fin de non-recevoir, arguant que c'était au Conseil d'administration de prendre les décisions adéquates.

 

Avec Madame Zimmermann, nous vous avons écrit il y a quelques semaines, courrier auquel vous avez préféré ne pas répondre, en période électorale, préférant attendre le lendemain des élections.

 

Pour mémoire, je rappelle que cette association était jusqu'il y a quelques mois présidée par Madame Pallez, votre ancienne adjointe aux affaires sociales, et percevait une subvention de 330 000€ du Centre Communal d'Action Sociale, présidé par la même Madame Pallez.

 

Depuis la révélation de la prise illégale d’intérêt de votre ancienne adjointe au sein de cette association par la création, dans le plus grand secret, d’un poste sur mesure pour son gendre et depuis son départ de la présidence de cette association, un audit a permis d'y voir un peu plus clair sur l'absence de clairvoyance de celle-ci avec son refus de suivre les préconisations de sa directrice, en ce qui concerne notamment le contentieux avec LogiEst relatif aux travaux à effectuer dans les différents foyers logements gérés par cette association.

 

Je rappelle que le Tribunal avait ordonné une expertise que n'ont jamais souhaité mettre en œuvre les deux présidents, Mme Pallez et son successeur. Le changement de Présidence (un Président élu lors d'un point divers de l'ordre du jour...) n'y a rien changé, cette inertie totale plongeant l'association dans une situation extrêmement complexe.  

 

Nous apprenons ce matin, à la lecture de la presse, que le Président, soutenu par la Mairie en la personne de votre nouveau directeur adjoint de cabinet, monsieur Fonte, a déposé le bilan sans la moindre réunion du conseil d'administration, ces administrateurs dont vous disiez hier qu'ils étaient seuls compétents pour régler cette situation. Or, d’après le règlement intérieur de cette association, le bureau doit etre convoqué par le Président, en fonction des urgences, des évènements, des circonstances, des nécessités ou des besoins. Mieux, d’après, les statuts de cette association, les représentants de la Ville sont invités à prendre part aux travaux du conseil d’administration à titre consultatif. S’agit-il aujourd’hui d’une nouvelle gouvernance ? Que vient faire ici Monsieur Fonte ? Pourquoi aucune convocation du bureau et du conseil d’administration ?

 

Monsieur le Maire, tout cela s'appelle de l'enfumage. Vous tentez de régler vos comptes aujourd'hui. Vous avez fait en sorte de laisser pourrir une situation pour mieux vous débarrasser de personnes encombrantes, c'est cela la réalité. Vous pratiquez comme Doris Belloni avec l'office du tourisme à Amnéville. Vous politisez cette affaire sous couvert de difficultés financières auxquelles il était possible de faire face si les Présidents successifs, vos amis, avaient agi depuis 6 ans.


Alors je souhaite vous mettre en garde.

 

Avec toute l'énergie qui est la mienne et celle dont ne manquent pas certains des administrateurs de cette association, nous ne vous laisserons pas mettre en péril une structure dans le seul but de liquider sa directrice. Cette dernière a dénoncé hier une situation non seulement préjudiciable à l'association mais illégale, et Madame Pallez a été condamnée pour ces faits.

 

La directrice de l'association n'a pas aujourd'hui à payer pour ces agissements, et nous ne vous laisserons pas faire, croyez le bien.

Publié dans Politique locale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article