Conseil municipal de Metz du 28/03/13 - Rythmes scolaires

Publié le par NCO

La réforme PEILLON consiste à passer à la « semaine de 5 jours » dans les écoles primaires. Le principe général de cette réforme est de ventiler la semaine scolaire de 24 heures sur 4,5 jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi et mercredi matin) à raison de 5h30 par jour et de 3h30 par demi-journée.

 

Cette réforme s’applique à la rentrée 2013 à METZ. Monsieur le Maire, vous aviez toutefois la possibilité d’en demander le report en 2014. Vous ne l’avez pas fait. Car afin d’inciter les communes à mettre rapidement en œuvre cette réforme, une aide de 50 euros par enfant est attribuée par l’Etat aux communes mettant en place la semaine de 5 jours dès septembre 2013.

 

Le coût de cette réforme pour les communes a été évalué à environ 150 euros par élève. A cela s’ajoute une charge financière pour les départements qui doivent réorganiser les transports scolaires.

 

Le gouvernement fait fausse route tant sur le fond que sur la forme.

 

Et la ville de Metz, qui pouvait se donner du temps pour offrir un service de qualité a préféré obéir aux ordres plutôt que de ne penser qu’à l’intérêt des enfants.

 

Depuis 5 ans, aucune réflexion sur la qualité pédagogique du périscolaire n’a été engagée à Metz. De grandes disparités existent selon les quartiers, tant en termes de qualité, qu’en termes d’encadrement, ou encore en termes de tarification. Nous aurions du, dans l’intérêt de nos enfants, réfléchir et travailler à une nouvelle organisation du périscolaire et profiter de cette réforme pour mettre les choses à plat. Pour envisager sereinement l’avenir. Il n’en est rien !

 

Ce n’est pas l’intérêt de l’enfant qui a primé. Ce sont bien les aides financières provisoires de l’Etat et l’espérance d’être enfin reconnu par Paris….

 

Cette absence totale de concertation va conduire cette réforme dans le mur, le gouvernement ne tenant pas compte des avis défavorables tel que celui rendu par le conseil supérieur de l’éducation ...

 

Et surtout aucune évaluation n’a été faite quant à son impact financier. Car on peut légitimement penser que davantage d’enfants vont rester à l’école sur ces heures libérées que cela n’est le cas aujourd’hui. Les parents ne sont pas à même de changer leurs heures de travail du jour au lendemain parce que vous préférez vous attirer les grâces gouvernementales. Les aides prévues ne compenseront jamais la baisse des dotations que subissent nos communes. Que se passera-t-il lorsque ce soutien financier promis pour 2013 disparaîtra ?

 

Une réforme ambitieuse des rythmes scolaires aurait du nous conduire à proposer un nouvel équilibre entre les enseignements académiques et le soutien aux activités culturelles et sportives en milieu scolaire, à l'instar des autres pays européens. Comme le font, est-il utile de le rappeler, de nombreux établissements privés sur notre commune notamment. Et il y a fort à parier que cela ait des conséquences certaines sur le nombre de demandes d’inscriptions dans ces établissements.

 

Cette réforme ambitieuse est passée à la trappe. Dommage pour nos enfants ! et dommage pour Metz car une fois de plus, vous agissez dans la précipitation et sans aucune réflexion globale sur la mise en œuvre de cette mesure.

Publié dans Politique locale

Commenter cet article