Conseil municipal du 29/03/12 - Metz-Borny, un peu d'humilité Monsieur Gros !

Publié le par NCO

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

 

Je voudrais tout d’abord vous dire que cette réfection des Tours du Limousin va bien sûr dans le bon sens. Mais cela aurait mérité un peu plus d’humilité lorsque vous abordez le sujet de Metz Borny et je vais m’en expliquer.

 

Tout d’abord je voudrais rappeler, contrairement aux vociférations de votre majorité, que depuis 5 ans, ce sont 45 Milliards d’Euros qui ont été investis par des gouvernements de droite pour rétablir la dignité et la mixité dans les quartiers ghettoïsés, pour lesquels la gauche se contentait de vouloir repeindre les boites aux lettres.

 

Jamais, et vous le savez pertinemment, de telles sommes n’avaient été mobilisées pour les 8 millions de personnes qui vivent aujourd’hui dans des quartiers populaires.

 

Et à ce sujet, je voudrais dire à la présidente du groupe de la majorité municipale socialiste, qu’il ne suffit pas d’asséner des contre vérités pour qu’elles deviennent la vérité. Et lorsque vous niez toute légitimité à un élu municipal de s’exprimer sur un quartier de la ville, Borny en l’occurrence, au prétexte qu’il ne partage pas vos convictions politiques, je me dis que vous avez une vision de la vie démocratique bien curieuse, et qui vous déshonore Madame.

 

Les messins jugeront de votre sectarisme et de votre haine viscérale pour tout ce qui ne vous ressemble pas. Une chose est certaine : nous n’avons aucune leçon à recevoir de vou.

 

Pour revenir sur ce quartier, il est indéniable que le programme de l’ANRU a considérablement modifié le fond de Borny qui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était il y encore quelques années. Des millions d’euros investis dans la restructuration de ce quartier dans le cadre du « Grand projet de ville » et de l’ANRU, démolitions d’immeubles, accession à la propriété, création d’une zone franche…

 

Et puis il y a toutes les réalisations qui ont été décidées ou ont vu le jour sous les précédentes mandatures et avaient déjà fait prendre à ce quartier un nouveau départ… La piscine de Belletanche, la médiathèque, la grande halle d’athlétisme, la salle de répétition de l’ONL …

 

Alors bien sûr, la rénovation urbaine n’est pas une fin en soi. L’éducation en primaire dans ces quartiers doit être la priorité nationale du prochain quinquennat, car un enfant qui arrive en sixième sans savoir lire ni écrire ni compter, de fait prend le chemin de l’exclusion.

 

En revanche, cette rénovation urbaine, c’est un préalable indispensable pour pouvoir y développer l’activité économique et donner de l’emploi aux habitants de ces quartiers

 

Il y a différents leviers, notamment la clause d’insertion professionnelle dans les marchés publics que l’on pourrait faire passer de 5 à 15% afin de donner une chance aux habitants de ces quartiers de trouver un emploi…. Rien ne vous empêche de le faire, et ça ne dépend pas de l’Etat, mais de vous. Avez-vous cette volonté politique ? Car il ne s’agit que de cela, de volonté politique. Ce serait une excellente décision que j’approuverais des deux mains !

 

Enfin, il y a la vie quotidienne des banlieues, et à Metz Borny en particulier : Je cite votre mentor, candidat à l’élection présidentielle « Les élus de gauche sont ceux qui assurent au quotidien la vie dans nos banlieues, nous y sommes depuis des mois et des mois »Oui, cela fait très exactement 4 ans que vous y êtes vous et votre majorité. J’y étais encore cet après midi, j’ai pris quelques photos que je vous enverrai Monsieur le Maire, et j’ai surtout pris du temps pour écouter les habitants qui d’ailleurs n’ont rien trouvé d’illégitime à ma venue bien au contraire !

 

Ce quartier n’a jamais été aussi sale, les ordures s’y entassent jour après jour, les vols, dégradations, incivilités et actes de malveillance s’y multiplient… Que faîtes-vous ? Cela donne une image détestable, et je pense tout particulièrement à la place du marché, que les professions libérales installées depuis plus de 30 ans veulent quitter !

 

L’attractivité de Metz-Borny passera nécessairement par la prise en considération de ces problèmes d’incivilité et d’insécurité, en lien avec l’Etat bien sûr, et non par leur négation. Redonner aux habitants de ce quartier la fierté d’y habiter. On en est loin. Et là je vous rejoins, l’urbanisme ne suffit pas. Sauf que vous ne pouvez pas toujours tout demander à l’Etat et ne pas assumer vos responsabilités.

 

Vos responsabilités y compris en matière de sécurité, où rien ne vous empêche Monsieur le Maire d’augmenter vos effectifs de police municipale pour les remettre à tout le moins au niveau de 2008, lors de votre arrivée. Avec une coopération de tous les instants avec la police nationale.

 

Rien ne vous empêche non plus d’installer de la vidéo surveillance aux entrées d’immeubles dans certains secteurs bien connus, car il y aujourd’hui un énorme problème de sécurisation de ces entrées. Et il faudra bien le régler. C’est une condition essentielle pour mettre dans Borny de la mixité sociale.

 

Et puis il y a la propreté : Est-ce aux services de l’Etat de venir enlever les ordures qui jonchent les rues et les trottoirs à toute heure du jour et de la nuit, et à veiller à ce que le quartier reste vivable ? Pensez vous que cette image donne envie à d’autres de venir y vivre ? Pensez-vous qu’au moment où vous posez la première pierre de la SMAC, cet état est acceptable ?

 

La vérité, c’est que vous considérez cette population comme acquise, vous considérez que quoiqu’il arrive cette population des quartiers populaires votera pour vous parce que vous incarnez les gentils. Vous vous trompez. Car cette image, cela fait bien longtemps que vous ne l’avez plus.


L’effort sans précédent qui a été engagé par l’Etat pour casser les ghettos et en refaire des quartiers à vivre dans la République doit être poursuivi.

 

Mais vous monsieur le maire, vous devez prendre la mesure de vos responsabilités pour assumer la part qui est la vôtre et cesser de toujours vous défausser sur l’Etat. Car c’est bien de votre bilan, à vous et à vous seul, dont il s’agira de parler d’ici quelques mois.

 

Publié dans Politique locale

Commenter cet article