Conseil Régional de Lorraine : Quand Jean-Pierre Masseret doit gérer une pénurie d'idée et une pénurie de recettes

Publié le par NCO

DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE 2013

 

Monsieur le Président,

 

Je vous avoue qu’à la lecture du document qui nous est soumis aujourd’hui, j’ai eu quelques interrogations… Monsieur le Président, non seulement vous allez gérer la pénurie de recettes, mais également la pénurie d’idées.

 

Après avoir joué à la pleureuse les années précédentes, vous être apitoyé sur votre sort en ne cessant de fustiger l’ancien Gouvernement quitte, au détour d’une phrase, à « déplorer » les grands plans nationaux tels que le Plan CAMPUS ou les Investissements d’avenir, dont la Lorraine a cruellement besoin , on ne vous entend plus beaucoup sur la décision gouvernementale de diminuer la Dotation de l’Etat de 5% l’année prochaine et de 5 supplémentaires l’année suivante…

 

Pénurie d’idées disais-je ; J’en ai retenu une : le soutien au projet d’exploitation du méthane contenu dans la houille. Nous verrons quels moyens vous comptez dégager lors de l’examen du Budget Primitif 2013.

 

Pour le reste, ce document de plus de 80 pages aborde de manière très conceptuelle l’avenir de notre Région, sans aucun pragmatisme alors que le contexte voudrait que nous soyons dans le concret et non dans le blabla.

 

Quelques exemples : page 37 proposition 3 « renforcer la territorialisation des politiques régionales dans le cadre de la contractualisation afin de conforter le dynamisme des territoires de projet au service du développement régional » ; Ou encore page 38 « la mise en œuvre de la contractualisation avec les territoires infrarégionaux est confortée en intégrant de façon plus marquée les politiques sectorielles dans la perspective d’un contrat unique »

 

Franchement je vous félicite car il fallait avoir beaucoup d’imagination : 80 pages pour ne rien dire, de la forme, de la formule mais aucun fond, du concept et aucun pragmatisme.

 

Ce verbiage n’arrive pas à masquer la réalité de la situation : votre incapacité manifeste à répondre à l’urgence née de la situation économique de notre Région et aux défis que celle-ci va devoir relever dans un contexte institutionnel et économique en profonde mutation, et l’absence totale de priorités régionales dégagées pour faire face à cette situation.

 

Nous devrions être dans l’offensive permanente, nous sommes dans l’attentisme sur les sujets cruciaux pour l’avenir de notre Région.

 

Comme j’aime faire plaisir à Madame Demonet, je voudrais m’arrêter sur la partie Formation, première compétence des Régions dans l’acte 1 de la décentralisation.

 

Votre rapport est un document convenu qui manifestement n’est pas à la hauteur des enjeux et des défis que va devoir relever notre Région. Quelles priorités ? Quelles filières ?Quels secteurs économiques ? Quels niveaux de qualification ?

 

En quoi la transversalité est-elle innovante ? On a l’impression que vous découvrez ce qu’est la formation, ce qu’est un CPRDFP, ce que sont les branches professionnelles… ça existe depuis belle lurette et vous n’inventez malheureusement rien de nouveau. Vous avez juste laissé le système se déliter au cours des années. Et si c’est une question d’organisation de vos services, si vous jugez que c’est cela la cause de votre échec dans ce domaine, alors il est peut être effectivement temps après 8 ans à la tête de cette collectivité de vous questionner !

 

Il y a un domaine où vous innovez, celui de la désorganisation permanente, vous êtes le champion des organigrammes (il y a du en avoir une trentaine depuis de début de votre présidence), vous défaites ce que vous venez de faire pour mieux le refaire qques années plus tard (je pense à l’appel d’offres pluri annuel en matière de formations qui a été initié en 2009 au vu de l’existence de besoins de formation structurels et conjoncturels, abandonné en 2011 et que l’on voit apparaître aujourd’hui comme la nouveauté de l’année).

 

Ce qui me semble inquiétant aujourd’hui, c’est que la formation professionnelle, première compétence de la Région, ne présente plus suffisamment d’intérêt pour être portée par votre majorité comme une priorité absolue de votre mandature. Que l’argent transféré par l’Etat pour une compétence obligatoire comme celle de la formation professionnelle des demandeurs d'emploi, soit susceptible d’être utilisé à autre chose ….

 

Je souhaiterais vivement que ces transferts soient fléchés et portés à notre connaissance pour une meilleure visibilité de votre politique en direction des demandeurs d’emploi.

 

La vice-présidente Mme Demonet a beau essayer d’esquiver, ou de noyer le poisson derrière de soi-disantes actions territoriales d’insertion, mais les chiffres transmis dans le compte rendu d’activité 2011, une fois rapprochés de ceux de 2010, sont sans appel. Si l’on se réfère au compte rendu d’activité 2010, le Conseil Régional a aidé 23.544 demandeurs d’emploi et 11.149 salariés. En 2011, le compte rendu d’activité, qui nous a été transmis et qui est mis en débat aujourd’hui, fait état de 18.719 demandeurs d’emploi et 7.085 salariés aidés, soit une baisse de près de 26 % de personnes accompagnées entre 2010 et 2011 ( -20% pour les DE et -36% pour les salariés).

 

Comment peut-on justifier, dans un contexte de crise économique, une baisse aussi importante du nombre de personnes formées ? Comment peut-on justifier une baisse telle dans une Région aussi sinistrée que la nôtre ?

 

Ces chiffres donnent raison à l’opposition qui dénonce régulièrement la diminution des crédits et interventions consacrés à la formation des personnes éloignées de l’emploi ou fragilisées dans leur emploi, alors même que les dotations de l’Etat n’ont subi jusqu’à ce jour, en la matière, aucune diminution !

 

Enfin je voudrais m’arrêter sur l’apprentissage. Vous avez signé un contrat d’objectifs et de moyens. Dans le même temps, vous supprimez la direction de l’apprentissage. L’apprentissage n’est il pas suffisamment prioritaire pour lui réserver un tel traitement ? N’est-ce pas un signe très négatif que vous donnez là alors que nous savons tous ici que l’avenir des jeunes passe aussi par cette voie qu’il faut absolument encourager et développer ?

 

Votre politique en matière de formation n’est absolument plus lisible, ni pour les demandeurs d’emploi, ni pour les prescripteurs, ni pour les organismes de formation, et encore moins pour les entreprises. Vous êtes dans le concept alors que vous devriez être dans l’action, dans l’innovation, dans la recherche de solutions adaptées à un public de plus en plus fragile et à des entreprises confrontées elles aussi à un contexte difficile. Quel sera votre bilan après 10 ans de gouvernance ?

 

Pour conclure, Monsieur le Président, je souhaiterais que vous fassiez preuve de transparence en prenant l’engagement, devant cette Assemblée, de ne pas remettre en cause les missions régaliennes qui ont été concédées à la Région au cours des différentes étapes de la décentralisation et au premier rang desquelles figurent l’éducation et la formation. Nous jugerons au travers du budget 2013 de l’importance que vous y accorderez.

Publié dans Politique locale

Commenter cet article