Lancement UDI Lorraine

Publié le par NCO

 

549967_10151418071789902_1909679674_n.jpg

 

 

 

Cher Jean-Louis, chers amis,

 

Ce soir je suis émue, fière et enthousiaste.

 

Emue parce que ce moment-là, je l’attendais depuis des années et n’ai cessé de le réclamer.

 

Fière de vous voir aussi nombreux prêts à reconstruire notre maison,

 

Enthousiaste parce que nous portons tous ici, bien ancrées en nous, ces valeurs européennes, humanistes, d’équité, de liberté, de responsabilité, d’éthique.

 

Enthousiaste parce que nous savons tous ici que la seule manière de les voir triompher, c’est d’être unis, unis au sein d’une même famille, chacun avec sa propre sensibilité mais avec un seul et même objectif : faire renaître une force politique au centre droit.

 

Et pour cela, il nous faut tirer profit de cet enthousiasme, de toute cette énergie, de cette intelligence collective, de l’espoir qui est entrain de naître et qui est celui de voir le centre droit redevenir la première force politique française. C’est notre objectif et c’est aussi notre responsabilité.

 

L’UDI est aujourd’hui une organisation fédérale. Peut-être irons nous un jour vers une fusion complète dans un parti unitaire.

 

L’UDI, ce n’est pas l’enterrement de nos familles et de nos sensibilités. L’UDI, c’est au contraire leur renaissance dans la complémentarité.

Quel est notre défi aujourd’hui ? Beaucoup pensent que la Ve République pousse obligatoirement vers le bipartisme. Vers le bipartisme non, mais vers la bipolarisation, c’est une certitude.

 

Les français modérés, libéraux et humanistes existent toujours.

 

Alors notre défi, c’est de devenir aujourd’hui le partenaire obligé et demain l’acteur majoritaire.

 

Tout dépendra de notre capacité à rendre vivantes et audibles nos idées.

 

Le retour à l’équilibre budgétaire par la réduction de la dépense publique, une Europe politique Fédérale dont les deux priorités sont l’emploi et la sécurité face à la mondialisation, une décentralisation responsable et lisible par nos concitoyens, la liberté et les libertés, et un centre décomplexé :

 

- C’est parce que nous ne sommes pas suspectés d’un quelconque sentiment de rejet de l’autre que nous pouvons affirmer que le principe de laïcité ne se discute pas.

 

- C’est parce que nous sommes humanistes que nous pouvons dire que la délinquance des mineurs doit être combattue avec beaucoup plus de sévérité.

 

- Et c’est parce que nous sommes ouverts aux autres que nous pouvons dire que la République ne se négocie pas. Parce que humanisme et laxisme ne se confondent pas.

 

Nous devons être là où les Français parlent et où les politiques n’écoutent plus. Pour dire des choses nettes, claires, simples, parfois brutales, exigeantes, pour privilégier la conviction plus que le compromis, car c'est à cette condition que nous serons entendus. Nous devons répondre avant tout aux préoccupations des français (chômage, perte de pouvoir d’achat, sécurité) sous peine de dérives populistes et d’instabilité politique.

 

Les grandes valeurs du centre - l'Europe, les territoires, la rigueur budgétaire, la modernité sociale et la morale publique - sont plus que jamais les repères et les solutions qui doivent guider l'action politique de demain.

 

Nous avons devant nous des échéances, et pas les moindres : élections municipales, élections européennes. Puis les régionales et les départementales.

 

Nous devons être prêts très vite pour constituer, non seulement une opposition crédible, mais déjà une relève. Une relève pour reconquérir toutes ces villes perdues en 2008. En Moselle, je pense bien sûr à Thionville, à Forbach mais je pense aussi particulièrement à ma ville, METZ. La ville dans laquelle ma famille paternelle a toujours vécu, dans laquelle mon père a grandi, et pour laquelle ma famille s’est tellement investie. L’amour d’une ville, l’amour d’une région, ça se transmet.

 

Il nous faut reconquérir toutes ces municipalités perdues bien souvent à cause de la désunion de notre famille et d’égos surdimensionnés.

 

Ici en Moselle, dans cette belle région Lorraine, et à Metz la ville dont je suis élue nous portons ces valeurs et cette ambition. Alors nous consacrerons toute notre énergie à construire, pour offrir à nos concitoyens une offre politique nouvelle, qui leur parle, qui réponde à leurs préoccupations quotidiennes, dans un contexte de crise qui frappe très durement notre région, dans un contexte de chômage extrêmement grave où aujourd’hui les puissances publiques échouent.

 

Une offre politique nouvelle au service de la reconquête de ces territoires, c'est cela que nous devons construire et porter.

Publié dans Nouveau centre

Commenter cet article